Hommage à Pascal Baron

Nous avons appris le décès de Pascal Baron ce mercredi 9 mars 2022. C’est une triste nouvelle. Ces derniers temps, on savait cette issue inévitable mais cela n’empêche pas que cela fait mal à entendre. Le seul réconfort est de savoir qu’il ne souffrira plus. Et pour atténuer la peine, je garde de Pascal ce qu’il représente à mes yeux. Je ne le connaissais pas vraiment personnellement mais j’aimais sa façon de voir la vie et de s’y tenir. Pour moi, Pascal était avant tout un homme de défis et qui avait la main sur le coeur. Aussitôt après en avoir terminé avec un défi qu’il en cherchait déjà un autre. Des exemples me viennent en tête que je vais tenter de remettre dans l’ordre chronologique. 

Pascal a eu sa petite carrière de rugbyman dont il peut être fier. Il a notamment joué dans le grand club de Toulouse. Même s’il n’a pas joué en équipe première, il a tout de même eu l’occasion de s’entraîner avec Abdelatif Benazzi, qui a été capitaine de l’équipe de France.

Bien plus tard, Pascal est arrivé au CLBF alors que l’on jouait encore à la salle de la Roserie. Je me souviens qu’il nous avait expliqué son handicap et qu’il cherchait un sport à pratiquer. Au début, il tapait souvent à côté du volant et ses déplacements sur le terrain étaient très incertains. Pour ma part, j’avais toujours peur qu’il tombe. Puis il a persévéré (persévérance : un autre mot qui qualifie très bien Pascal). Il a progressé, puis s’est mis à faire des tournois (avec son gendre Cyrille Le Run notamment) contre des valides, puis a participé au championnat de France Parabad puis au championnat du monde et championnat d’Europe parabad. Au club, il a aussi entraîné les jeunes. Et il a aussi fait venir des joueurs handibad aux entraînements, et a réussi à créer une catégorie handibad à une édition de notre tournoi de la frénaysie du volant. Après le badminton, il s’est mis à la marche à pied. Mais, bien sûr, Pascal ne se contente pas de simplement marcher. Il lui faut des défis. De tête, je ne me souviens plus des différentes villes qu’il a rejointes, par itinérance. De même, je ne me souviens plus des différentes associations qu’il a aidées en récoltant des fonds lors de ces marches. Je sais que ça lui tenait à coeur d’aider des associations qui combattaient des maladies infantiles. Il me semble que le summum pour lui a été le tour de la corse en marchant, accompagné de sa femme, Marie-Claire, qui l’attendait en voiture après sa journée de marche, et ce, pour récolter des fonds pour une de ces associations.

Pascal savait que ce fichu cancer pouvait le rattraper à tout moment. C’est pourquoi, il voulait croquer la vie à pleines dents. Bref, Pascal était un exemple pour moi et bien d’autres personnes. Malgré ses difficultés, je ne l’entendais jamais se plaindre. Au contraire, il était constamment optimiste. 

Pour finir, je me souviendrai toujours de Pascal, avec son sourire quand on se disait « bonjour », même quand il était moins bien. 

Merci Pascal 

Toutes mes condoléances à Marie-Claire, sa femme, à Cyrille, son gendre et joueur du club, à Laura, sa petite-fille, qui a aussi joué au CLBF, ainsi que, bien sûr, à toute sa famille.

Eric Régner, secrétaire et ex-président du CLBF, et ami de Pascal

Les membres du bureau ainsi que les joueurs se joignent à moi dans cet hommage et partagent la peine de sa famille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s